Internet, Logiciel

Microsoft Edge bascule officiellement vers le moteur de rendu Chromium

Les rumeurs des derniers mois étaient exactes. Microsoft a en effet décidé d’utiliser la même technologie que Google Chrome pour son navigateur Edge intégré par défaut dans Windows 10. Elle sera incluse dans le futur sur toutes les versions de Windows mais également sur Mac.

La version d’Edge actuellement utilisée sur Windows 10 évoluera pour offrir le moteur de rendu Chromium. Mais Microsoft ne s’arrêtera pas là et dit vouloir proposer cette version sur tous les systèmes Windows encore supportés, à savoir Windows 7 et 8.1. D’autre part, une version pour MacOS est également en développement. Microsoft a déjà intégré le moteur de rendu Chromium pour les versions mobiles de son navigateur Edge proposé dans les magasins d’applications pour Android et iOS.

Dans la annonce publié sur son blog Microsoft explique qu’il n’adopte pas simplement le moteur de rendu Chromium, mais souhaite également participer activement à son développement et souligne les avantages pour les développeurs qui créent des sites et des applications Web au niveau de la compatibilité.

Pour Mozilla, cette pilule semble difficile à avaler . D’un point de vue commercial, la décision de Microsoft annonce de mauvaises nouvelles pour Firefox et plus généralement pour Internet, car les développeurs ne vérifieront probablement que la compatibilité avec Chromium et non avec d’autres moteurs de rendu. La situation future rappellera celle des années 2000, lorsque Internet Explorer était le navigateur dominant et que tout le monde développait des sites dans cet esprit.

Les premières versions du nouvel Edge arriveront via le programme de test Windows Insider, comme la plupart des nouvelles fonctionnalités de Windows 10. Les premières versions de Edge avec Chromium sont prévues pour le début de 2019. Microsoft envisage probablement de lancer «Edge Chromium» dans les médias avec l’arrivée de la prochaine version majeure de Windows 10 prévue pour le printemps 2019, actuellement développée sous le nom de code 19H1.